Laboratoire
Bernard Lamolie

Laboratoire
Bernard Lamolie

Traitement contre les Termites. Les Capricornes. Isolation.Humidité.

Frelons .Pigeons. Rats .Souris. Blattes. Fourmis.Punaises.Punaises de lit.Guêpes.Frelons.Moustiques.Pigeons!

Désinfection.Désinsectisation Dératisation.

14 AVENUE DES MONDAULTS

33270 FLOIRAC (PRES-BORDEAUX )

Gironde

Aquitaine


Tél. 05 56 31 68 20

Fax 05 56 20 45 16

Mail labolamolie@orange.fr


Site Web
http://www.laboratoire-lamolie.fr

Horaires

Bâtiment & Architecture Pratique & Services Vente Appartement Vente Immeuble de rapport Vente Maison ou Echoppe

Lundi  8:00 à 12:0014:00 à 17:00
Mardi  8:00 à 12:0014:00 à 17:00
Mercredi  8:00 à 12:0014:00 à 17:00
Jeudi  8:00 à 12:0014:00 à 17:00
Vendredi  8:00 à 12:00 
SamediFermé
DimancheFermé
 
Mentions légales
Php 5.4.45



Bernard Lamolie, Gérant de l'Entreprise

05.56.31.68.20

Un renseignement,un devis!
Un simple clic:
                           ici:
Mail
: labolamolie@orange.fr



Les champignons ne s’attaquerons qu’à des bois humides (humidité supérieure à 22 %) des bois insuffisamment traités et insuffisamment naturellement durables placés en extérieur ou dans un endroit soumis à des humidifications anormales (dans une cave)

Les principaux champignons lignivores sont:

La Merule ou champignon des maisons

Le Coniophore des caves

Le Polypore

Le Poria de vaillant




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret



Serpula lacrimans, mieux connu sous le nom de mérule des maisons.

Il est qualifié de lignivore parce qu'il se nourrit de la cellulose du bois. Les dégâts qu'il occasionne au bois lui ont valu l'autre nom de pourriture sèche: le bois devient brun, cassant et il se fragmente en cubes. Les conditions favorables au démarrage de la mérule des maisons sont: une certaine humidité du substrat (20 à 40% pour le bois), un espace non ventilé et une température ambiante inférieure à 26°C.

 Ce champignon se reproduit par spores microscopiques se retrouvant dans l'air ou s'accrochant aux vêtements ou aux animaux. Les spores germent en filaments (ou hyphes) qui s'enchevêtrent pour former une masse ouatée appelée mycélium. C'est le mycélium qui se nourrit du bois, provoquant ainsi sa destruction. Progressivement la boiserie pourrit, se fragilise et les risques de rupture augmentent. Le dernier stade de développement du champignon, appelé carpophore, a l'aspect d'une "crêpe" brun-rouille parfois bordée de blanc et relativement consistante. C'est de ce carpophore que sont libérées les spores.

 Sa propagation peut se faire à travers la maçonnerie (sans la dégrader) pour retrouver de la boiserie de l'autre côté. Même si le bois est sec, l'eau est transportée à travers le réseau de filaments; la mérule ne reste donc pas cantonnée à la zone humide.

 La mérule se développe dans l'obscurité (derrière les plinthes, dans les plafonds, sous les revêtements de sols) et, souvent, ce n'est que lorsque le bois est complètement attaqué et tombe en poussière, que l'on s'aperçoit de sa présence.

 En conditions défavorables, le champignon ne meurt pas mais entre en période de latence et est prêt à se redévelopper dès que les conditions d'humidité et de température sont à nouveau favorables.



Le Coniophore des Caves est également un champignon de pourriture cubique.

Le nom scientifique est Coniophora puteana.
Cette espèce attaque les bois très humides avec une teneur en eau minimum de 30 %, teneur supérieure à celle admise par Serpula lacrymans.
Il se développe aisément dans l'obscurité et tout particulièrement dans les caves des habitations ou les cales des bâteaux.

Le développement du Coniophore des Caves se déroule en 2 phases :
• Formation végétative : le mycélium est jaune blanc, cotonneux, mais devient plus clairsemé en ambiance sèche. Lors de son vieillisement, le champignon se fonce et devient plutôt brun avec l'âge. il produit des cordonnets très fins de couleur brune puis noirâtre. La consistance du coniophore des caves est souple.

• Fructifications : les fructifications sont plus rares dans le bâtiment qu'à l'extérieur, du fait de l'instabilité des conditions d'humidité élevée nécessaires à leur développement. Elles se présentent sous formes de croûtes membraneuses continues, épousant la surface du substrat, de contour irrégulier, pouvant mesurer de 1 à 30 cm, à la surface brun-ocre à brun-violacé et à périphérie blanc à jaune-brun.

Conditions de développement :
• Humidité du bois : le coniophore se développe dans une humidité minimum de 30 à 40 % Son développement est optimum si l'humidité est comprise entre 50 et 60%.
• Température : La température optimale pour son développement est de 24 °C et ne doit pas dépasser 35°.

Les cordonnets se développent sur les maçonneries, mais n'interviennent pas dans le transfert de l'eau.
Au sens botanique, le coniophore des caves est très proche de la mérule. Il peut être confondu avec ce dernier. Mais étant donné ses exigences en humidité, il est beaucoup moins fréquent.
Il s'attaque également tout aussi bien aux résineux qu'aux feuillus.



Le polypore des caves fait parties des "Pourritures fibreuses blanches".

      Ce champignon lignivore sévit principalement dans les habitations. On le trouve principalement sur des bois feuilllus très humides, en particulier sur le chêne.

      Le développement du polypore des caves se décompose en 2 phases :
• Formation végétative : Il apparaît comme un amas de mycellium de couleur blanc feutré épais sous forme de coussinets qui deviennent jaunâtre en vieillissant (photo 1). Il prend alors une consistance coriace et dure. Contrairement à la mérule par exemple, ce champignon ne forme pas de cordonnets.
• Fructifications : Les fructifications se développent par dessus les formes végétatives. Ce sont des mamelons irréguliers, bruns, formés de longs tubes fins et disposés parfois en couches stratifiées.

      Conditions de développement :
      Son développement nécessite des taux d'humité très élevés, supérieurs à 40%.
Aussi il exige une température relativement élevée, supérieure à 25 °C. Son développement est le plus rapide lorsque la température avoisine 35 °C.
Ce champignon ne pousse que dans des lieux obscurs, mal aérés et où le bois est recouvert.
Sa croissance s'effectue lentement en règle générale.

     En France le polypore des caves représente 30% des cas de dégradations constatées dans les bâtiments. Les charpentes en feuillus sont les plus touchées. Les bois feuillus (chêne, chataignier) sont les bois les plus souvent attaqués. Le duramen se décompose plus rapidement que l'aubier.
Il est assez rare que ce champignon s'attaque aux bois résineux.




Photo Bernard Lamolie Termites, Bordeaux,Libourne,Saint André de Cubzac,Arcachon,Sauveterre de Guyenne,Rauzan,Langon,Andernos,Lége Cap Ferret



Champignons lignivores de la pourriture brune

  Autre désignation: Weisser Porenschwamm Poria vaillanti

  Caractéristiques: Mycélium: de couleur blanche avec parfois des filaments forts comme des cristaux de glace. Contrairement à la mérule pleureuse, il reste de couleur blanche et ne devient pas cassant en séchant. Carpophores: de petite taille et à peau mince ; les pores sont bien visibles à l’œil nu.

Conditions de développement: Température: de 3 à 36 °C / optimum de 26 à 27 °C Humidité du bois: de 35 à 45 %

Destruction du bois: S’attaque surtout au bois de résineux. Détruit principalement la cellulose.

Origine et cause: Anciens bâtiments humides, dans les mines et à l’air libre.Importance économique: Après la mérule pleureuse et le coniophore des caves, c’est le troisième plus important champignon lignivore en Europe.